Mar 07

Et maintenant ?

Résumons ces derniers jours.

En fin de semaine dernière, après ce mercredi 1er mars où François Fillon a annoncé sa probable mise en examen, de nombreuses prises de position l’invitant à se retirer se sont exprimées.

Pour ma part, légitimiste, conscient de mon rôle de président devant veiller à l’unité de la famille, j’ai maintenu mon soutien à François Fillon, considérant qu’il ne m’appartenait pas, à mon niveau, de contester la légitimité que la primaire lui conférait. Je mesurais, de plus, qu’une grande partie des militants LR restant attachée à lui, il ne fallait pas, par mon attitude, créer les conditions d’un schisme. Le moment venu, nous aurons en effet besoin de tous.

Dimanche, la manifestation réussie du Trocadéro a redonné des couleurs à notre candidat, qui, au passage, a été perçu par nombre de Français comme un homme particulièrement combatif et courageux dans l’adversité. Ce qui est plutôt rassurant comme trait de caractère pour un homme d’état.

Lundi matin, Alain Juppé a déclaré, « une fois pour toutes », qu’il ne serait pas candidat.

Lundi soir, un comité politique national, réunissant les principaux responsables politiques, a confirmé, une fois de plus, son soutien à l’unanimité au candidat Fillon.

Nous en sommes là.

Je crois qu’aussi difficiles que soient les circonstances et le contexte, nous pouvons nous retrouver tous pour faire vivre et défendre le projet conçu, porté par François Fillon.

Les axes de ce projet s’appuient sur des idées fortes :

         – 1/ la première justice sociale est le retour au plein emploi;

         – 2/ libérer les énergies, supprimer les contraintes sont des conditions du succès;

         – 3/ rétablir la situation financière de notre pays, ce qui n’a pas été fait, malgré les circonstances exceptionnellement favorables depuis 2013.

Nous devons également être là pour rappeler aux Français le bilan désastreux de Hollande sur le plan économique et européen et la part importante de Macron dans cet échec.

N’était-il pas le principal conseiller économique de Hollande, puis son ministre de l’économie ?

 – Le matraquage fiscal de 2013, c’est lui,

 – l’effondrement de notre balance commerciale et de notre production industrielle, c’est lui,

 – l’incapacité à profiter de circonstances favorables pour faire redécoller le pays (euro bon marché par rapport au dollar, faible prix du pétrole, taux d’intérêt très faibles), c’est encore lui.

Tout cela il faut le dire et le répéter.

Macron est une bulle entièrement fabriquée par un certain nombre de dirigeants influents. Ils mettent les moyens pour installer un président qui engagera une politique conforme à leurs intérêts, ce qui ne va pas forcément de pair avec les intérêts bien compris des Français.

Enfin, nous devons attirer l’attention de nos concitoyens sur l’extrême fragilité et les risques considérables du projet économique de madame Le Pen. Ce projet ne résiste pas à l’analyse et les premières victimes seront les ouvriers, les entreprises et les retraités modestes. Ensuite tout le monde suivra dans la déroute.

Nous devons nous mettre à ce travail, fait de promotion et d’explications, en nous souvenant que François Fillon va également, d’ici peu présenter l’équipe qui sera à ses côtés, si le succès est au rendez-vous.

C’est toute une équipe que nous devons soutenir !