«

»

Fév 20

Défendons nos idées

Je reviens une dernière fois sur l’affaire Fillon, avec une observation qui illustre, au delà de toute espérance, ce que je ne cesse de répéter.

Il y a deux affaires dans cette affaire et un parti pris médiatique incontestable

La première affaire, évidente, est celle qui publie des éléments concernant François Fillon et le fait qu’il ait employé son épouse et ses enfants. Tout a été dit et redit sur le sujet. Nous sommes gavés…

 A ce stade, si tout le monde est d’accord pour reconnaître que ce n’est pas illégal dans son principe, l’opinion publique pense globalement que les salaires sont élevés et ne sait pas trop si les emplois sont fictifs ou pas, puisque nous sommes parole contre parole. François Fillon soutient que les emplois sont réels, la presse, sans le dire vraiment, laisse entendre qu’il y a un doute. Nous en sommes là.

Une chose est certaine, le mal est fait sur le plan politique; ce qui est grave si, à l’arrivée, la montagne accouche d’une souris.

Une remarque : aujourd’hui, la justice (en l’occurrence le parquet national financier, créé par madame Taubira) annonce que l’enquête continue. On peut déjà en conclure que rien d’évident n’a été trouvé par ces magistrats et la police depuis le 24 janvier. On peut en effet penser que si des faits graves avaient été mis au jour, François Fillon aurait été mis en examen. Il n’en est rien !

Attendons donc la suite avant de condamner.

 La seconde, pas du tout évidente mais bien réelle, est : pourquoi ceux qui détenaient ces informations de longue date  les ont-ils publiées cent jours avant les élections présidentielles ?

En le faisant à ce moment précis, ils savaient parfaitement qu’elles étaient de nature à perturber gravement le déroulement de ces élections, et ce au préjudice du courant actuellement majoritaire en France.

Le constat est terrible sur le plan institutionnel : Il y a manipulation visant à fausser les résultats de ces élections. Imaginons que François Fillon ressorte blanchi de toutes ces accusations, ce qui semble probable puisque rien d’illégal ne semble avoir été commis, que seront en droit de penser les millions de Français quand ils découvriront qu’ils ont été floués? Que feront-ils ? Accepteront-ils les résultats de l’élection ? Craignons le pire.

Quant au parti-pris médiatique, en voici ci-dessous une illustration:

Il s’agit d’une page de L’Est Républicain du vendredi 17 février.
En gros, sur une demi-page, un énième épisode du dossier Fillon dans lequel il n’y a pourtant rien de nouveau.
En  tout petit, en bas à gauche, une information pourtant majeure: les aveux de Marine Le Pen, concernant l’affaire des emplois fictifs de son garde du corps et d’une autre personne qu’elle faisait rétribuer sur des fonds européens. Pourtant, il y a, là, accusation explicite d’emplois fictifs  (acte parfaitement illégal, lui !) de la part des autorités européennes et demande de remboursement des sommes en jeu (340 000 €, rappelons-le).
Ajoutons à cela que personne ne s’intéresse à l’absence de déclaration relative à l’impôt sur la fortune de monsieur Macron en 2014, pas plus qu’on ne s’intéresse aux frais de réception qu’il a engagé lors de son passage au ministère de l’économie en 2015 et 2016. Il y a pourtant une accusation explicite des deux auteurs du livre récemment sorti sur Macron, à ce sujet. Selon eux 120 000 € ont été dépensés par monsieur Macron, pour recevoir à Bercy, aux frais de l’état toutes les personnes susceptibles de l’aider à préparer sa candidature. Rien ne serait plus facile à vérifier. Les archives existent. Personne ne bouge. Pas d’enquête, rien !

Ce que j’écris n’est pas une défense de François Fillon du style « les autres font bien pire, donc laissez-le tranquille ». Je dis au contraire qu’il est normal que cette affaire soit approfondie, que chacun ait accès à la vérité, mais j’ajoute qu’il faut avoir la même exigence pour les autres candidats, surtout madame Le Pen et monsieur Macron. Ce d’autant plus que des accusations précises existent à leur sujet.

De grâce, ne nous laissons pas voler le vrai débat sur la situation de la France.

Ne tombons pas dans le piège de ce tour de passe-passe destiné à nous faire oublier le désastreux bilan de monsieur Hollande. et de son clone, monsieur Macron.

Intéressons-nous aux programmes des candidats, aux projets, au futur!

Portons au pouvoir l’équipe qui présentera les meilleures garanties pour notre avenir et celui de nos enfants.

 

Pour moi, mon choix est fait. Je soutiens François Fillon puisque:

1/  François Fillon a été choisi par plus de 4 millions de Français,

2/  malgré toutes les investigations, rien d’illégal n’a été découvert à son sujet,

3/  les autres candidats les mieux placés (Le Pen et Macron) sont, eux, l’objet d’accusations explicites et étayées qui laissent médias et enquêteurs indifférents.