Archives de la Catégorie : Billet d’humeur

Mar 20

LA VRAIE CAMPAGNE COMMENCE CE SOIR !

A 21h, pour être précis, puisque c’est l’heure du premier débat télévisé  sur TF1.

Nous allons enfin, du moins je l’espère, entrer dans le domaine des choses sérieuses.

Je vous recommande de regarder cette émission.

En effet, après presque deux mois d’excès (comment qualifier autrement les exagérations et approximations de certains ?), les candidats en général et François Fillon en particulier n’ont pas pu s’exprimer sereinement sur leur évaluation de l’état du pays, sur le projet qu’ils portent.

Ce soir, ils pourront le faire devant des millions de Français.

Je suis personnellement confiant car François Fillon est le plus solide, le plus complet et surtout le moins évasif de tous. Il ne cherche pas à faire rêver. Il invite à la lucidité.
A ce soir devant la télé !

 

NB: La dernière proposition de Macron, à savoir un mois de service militaire est le type même de la proposition inutile, juste pour faire plaisir à ceux qui réclament à cor et à cri le retour du service militaire. C’est l’exemple de la promesse mal étudiée, superficielle qui est là pour séduire l’électeur. Regardez le débat Bayrou-Ciotti sur le sujet :

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/francois-bayrou-face-a-eric-ciotti-un-mois-de-decouverte-et-d-entrainement-de-ce-qu-il-faut-faire-en-matiere-de-securite-civile-est-tres-utile-925549.html

 

Mar 07

Et maintenant ?

Résumons ces derniers jours.

En fin de semaine dernière, après ce mercredi 1er mars où François Fillon a annoncé sa probable mise en examen, de nombreuses prises de position l’invitant à se retirer se sont exprimées.

Pour ma part, légitimiste, conscient de mon rôle de président devant veiller à l’unité de la famille, j’ai maintenu mon soutien à François Fillon, considérant qu’il ne m’appartenait pas, à mon niveau, de contester la légitimité que la primaire lui conférait. Je mesurais, de plus, qu’une grande partie des militants LR restant attachée à lui, il ne fallait pas, par mon attitude, créer les conditions d’un schisme. Le moment venu, nous aurons en effet besoin de tous.

Dimanche, la manifestation réussie du Trocadéro a redonné des couleurs à notre candidat, qui, au passage, a été perçu par nombre de Français comme un homme particulièrement combatif et courageux dans l’adversité. Ce qui est plutôt rassurant comme trait de caractère pour un homme d’état.

Lundi matin, Alain Juppé a déclaré, « une fois pour toutes », qu’il ne serait pas candidat.

Lundi soir, un comité politique national, réunissant les principaux responsables politiques, a confirmé, une fois de plus, son soutien à l’unanimité au candidat Fillon.

Nous en sommes là.

Je crois qu’aussi difficiles que soient les circonstances et le contexte, nous pouvons nous retrouver tous pour faire vivre et défendre le projet conçu, porté par François Fillon.

Les axes de ce projet s’appuient sur des idées fortes :

         – 1/ la première justice sociale est le retour au plein emploi;

         – 2/ libérer les énergies, supprimer les contraintes sont des conditions du succès;

         – 3/ rétablir la situation financière de notre pays, ce qui n’a pas été fait, malgré les circonstances exceptionnellement favorables depuis 2013.

Nous devons également être là pour rappeler aux Français le bilan désastreux de Hollande sur le plan économique et européen et la part importante de Macron dans cet échec.

N’était-il pas le principal conseiller économique de Hollande, puis son ministre de l’économie ?

 – Le matraquage fiscal de 2013, c’est lui,

 – l’effondrement de notre balance commerciale et de notre production industrielle, c’est lui,

 – l’incapacité à profiter de circonstances favorables pour faire redécoller le pays (euro bon marché par rapport au dollar, faible prix du pétrole, taux d’intérêt très faibles), c’est encore lui.

Tout cela il faut le dire et le répéter.

Macron est une bulle entièrement fabriquée par un certain nombre de dirigeants influents. Ils mettent les moyens pour installer un président qui engagera une politique conforme à leurs intérêts, ce qui ne va pas forcément de pair avec les intérêts bien compris des Français.

Enfin, nous devons attirer l’attention de nos concitoyens sur l’extrême fragilité et les risques considérables du projet économique de madame Le Pen. Ce projet ne résiste pas à l’analyse et les premières victimes seront les ouvriers, les entreprises et les retraités modestes. Ensuite tout le monde suivra dans la déroute.

Nous devons nous mettre à ce travail, fait de promotion et d’explications, en nous souvenant que François Fillon va également, d’ici peu présenter l’équipe qui sera à ses côtés, si le succès est au rendez-vous.

C’est toute une équipe que nous devons soutenir !

Fév 25

Comment les médias ont fabriqué MACRON

Voici un extrait de l’article qui démontre le rôle des médias  :

Quelques mois après son entrée au ministère de l’économie, Emmanuel Macron jouissait d’un niveau de popularité plutôt faible. En octobre 2014, seules 11% des personnes interrogées souhaitaient le voir jouer un rôle plus important dans la vie politique. Un an et demi plus tard, il conservait une cote de popularité très basse chez certaines catégories sociales : en mars 2016, seuls 6% seulement des ouvriers et 4% des artisans appréciaient le très libéral ministre de l’économie. Aujourd’hui, les « sondages » le considèrent régulièrement comme la personnalité politique préférée des Français. Que s’est-il passé entre-temps ? Quel rôle a joué la presse dans le basculement de l’opinion ?

Pour lire tout l’article, cliquez sur le lien ci-dessous en l’ouvrant dans un nouvel onglet :

Comment les médias ont fabriqué le candidat Macron

Fév 20

Défendons nos idées

Je reviens une dernière fois sur l’affaire Fillon, avec une observation qui illustre, au delà de toute espérance, ce que je ne cesse de répéter.

Il y a deux affaires dans cette affaire et un parti pris médiatique incontestable

La première affaire, évidente, est celle qui publie des éléments concernant François Fillon et le fait qu’il ait employé son épouse et ses enfants. Tout a été dit et redit sur le sujet. Nous sommes gavés…

 A ce stade, si tout le monde est d’accord pour reconnaître que ce n’est pas illégal dans son principe, l’opinion publique pense globalement que les salaires sont élevés et ne sait pas trop si les emplois sont fictifs ou pas, puisque nous sommes parole contre parole. François Fillon soutient que les emplois sont réels, la presse, sans le dire vraiment, laisse entendre qu’il y a un doute. Nous en sommes là.

Une chose est certaine, le mal est fait sur le plan politique; ce qui est grave si, à l’arrivée, la montagne accouche d’une souris.

Une remarque : aujourd’hui, la justice (en l’occurrence le parquet national financier, créé par madame Taubira) annonce que l’enquête continue. On peut déjà en conclure que rien d’évident n’a été trouvé par ces magistrats et la police depuis le 24 janvier. On peut en effet penser que si des faits graves avaient été mis au jour, François Fillon aurait été mis en examen. Il n’en est rien !

Attendons donc la suite avant de condamner.

 La seconde, pas du tout évidente mais bien réelle, est : pourquoi ceux qui détenaient ces informations de longue date  les ont-ils publiées cent jours avant les élections présidentielles ?

En le faisant à ce moment précis, ils savaient parfaitement qu’elles étaient de nature à perturber gravement le déroulement de ces élections, et ce au préjudice du courant actuellement majoritaire en France.

Le constat est terrible sur le plan institutionnel : Il y a manipulation visant à fausser les résultats de ces élections. Imaginons que François Fillon ressorte blanchi de toutes ces accusations, ce qui semble probable puisque rien d’illégal ne semble avoir été commis, que seront en droit de penser les millions de Français quand ils découvriront qu’ils ont été floués? Que feront-ils ? Accepteront-ils les résultats de l’élection ? Craignons le pire.

Quant au parti-pris médiatique, en voici ci-dessous une illustration:

Il s’agit d’une page de L’Est Républicain du vendredi 17 février.
En gros, sur une demi-page, un énième épisode du dossier Fillon dans lequel il n’y a pourtant rien de nouveau.
En  tout petit, en bas à gauche, une information pourtant majeure: les aveux de Marine Le Pen, concernant l’affaire des emplois fictifs de son garde du corps et d’une autre personne qu’elle faisait rétribuer sur des fonds européens. Pourtant, il y a, là, accusation explicite d’emplois fictifs  (acte parfaitement illégal, lui !) de la part des autorités européennes et demande de remboursement des sommes en jeu (340 000 €, rappelons-le).
Ajoutons à cela que personne ne s’intéresse à l’absence de déclaration relative à l’impôt sur la fortune de monsieur Macron en 2014, pas plus qu’on ne s’intéresse aux frais de réception qu’il a engagé lors de son passage au ministère de l’économie en 2015 et 2016. Il y a pourtant une accusation explicite des deux auteurs du livre récemment sorti sur Macron, à ce sujet. Selon eux 120 000 € ont été dépensés par monsieur Macron, pour recevoir à Bercy, aux frais de l’état toutes les personnes susceptibles de l’aider à préparer sa candidature. Rien ne serait plus facile à vérifier. Les archives existent. Personne ne bouge. Pas d’enquête, rien !

Ce que j’écris n’est pas une défense de François Fillon du style « les autres font bien pire, donc laissez-le tranquille ». Je dis au contraire qu’il est normal que cette affaire soit approfondie, que chacun ait accès à la vérité, mais j’ajoute qu’il faut avoir la même exigence pour les autres candidats, surtout madame Le Pen et monsieur Macron. Ce d’autant plus que des accusations précises existent à leur sujet.

De grâce, ne nous laissons pas voler le vrai débat sur la situation de la France.

Ne tombons pas dans le piège de ce tour de passe-passe destiné à nous faire oublier le désastreux bilan de monsieur Hollande. et de son clone, monsieur Macron.

Intéressons-nous aux programmes des candidats, aux projets, au futur!

Portons au pouvoir l’équipe qui présentera les meilleures garanties pour notre avenir et celui de nos enfants.

 

Pour moi, mon choix est fait. Je soutiens François Fillon puisque:

1/  François Fillon a été choisi par plus de 4 millions de Français,

2/  malgré toutes les investigations, rien d’illégal n’a été découvert à son sujet,

3/  les autres candidats les mieux placés (Le Pen et Macron) sont, eux, l’objet d’accusations explicites et étayées qui laissent médias et enquêteurs indifférents.

Jan 26

Question d’actualité au Premier ministre et au ministre de l’agriculture

Ce mercredi, je suis intervenu au nom du groupe L.R. lors de la séance hebdomadaire des questions dites d’actualités qui sont retransmises par France 3, en direct.
J’ai choisi de poser une question sur le retard incroyable pris par le ministère de l’agriculture pour attribuer et verser les aides européennes dues aux agriculteurs.

Dans la situation extrêmement difficile dans laquelle se trouvent plongées de nombreuses fermes, ce retard est consternant et lourd de conséquences.

 Il faut savoir que ces aides, qui existent depuis  de nombreuses années, sont indispensables à la survie des exploitants, même en temps normal, en dehors de toute crise. Autant dire qu’en ce moment où la crise agricole écrase tout, elles sont vitales.

Comme vous pourrez le constater, le ministre n’a pas répondu à ma question et, une fois de plus, nous a refait le coup de l’héritage. Cela fait 5 ans que cela dure !

Il ne faut pas s’étonner que le mandat de Hollande se termine dans la débandade.

Au passage, j’ai rappelé que monsieur Macron que les médias essaient de nous imposer par un matraquage médiatique invraisemblable, a été le principal collaborateur et même l’inspirateur de monsieur Hollande. Ce qu’il essaie de nous faire oublier…

Oct 20

Question-réponse au ministre de l’intérieur à propos du voile intégral (burqa)

Ce mardi, j’ai interpellé le ministre de l’intérieur à propos des agissements d’un millionnaire algérien, monsieur Nekkaz, qui, pour rendre inopérante la loi interdisant le voile intégral en France, paie les amendes des contrevenantes. On en est à 1300 amendes payées depuis 4 ans ! Les femmes en burqa sont encouragées à continuer leur manège puisqu’elles n’ont rien à craindre.

J’estime que monsieur Nekkaz aurait déjà largement dû être sanctionné, ce qui serait facile, puisqu’il est étranger et que la mise en place de l’état d’urgence en France depuis près d’un an permettrait de l’expulser.

B. Cazeneuve, le ministre, n’a pas apprécié ma question, évidemment, dans la mesure où j’appuie là où ça fait mal. Mais il se moque du monde dans sa réponse ! Il lui a fallu 4 ans et 1300 amendes payées pour réagir et proposer un amendement au sénat (donc qui n’est pas encore passé à l’assemblée nationale !), pour interdire à quiconque de payer une amende pour un autre.

Ce qui veut dire qu’à cause de monsieur Nekkaz on va modifier la loi plutôt que d’expliquer à ce monsieur que sa présence n’est plus possible en France ! Mieux encore : rien ne l’empêchera de verser directement l’argent à la contrevenante, en lui laissant le soin d’aller payer l’amende.

Bilan : réaction inappropriée, inefficace, tardive.

Je bouillais de ne pouvoir répliquer au ministre qui évidemment a profité du fait qu’il était le dernier à parler pour arranger la situation  à son avantage.

Il a, en particulier, soigneusement évité de parler de Cherbourg, où monsieur Nekkaz est venu le défier. Lorsqu’on voit cet individu, qui sabote la loi et sape l’autorité de l’état, venir payer une amende, sous protection policière, dans la ville du patron de la police, on se dit qu’on touche le fond !

Août 13

Communication et inaction

J’évite de n’écrire que pour  protester.

Je ne voudrais pas lasser mes lecteurs et tiens à les garder nombreux. Au passage, merci de votre fidélité !

Et pourtant, je n’ai pu m’empêcher de bondir en découvrant, hier, dans le journal, que monsieur Valls avait entrepris la très médiatique visite de la prison de Nîmes, particulièrement surpeuplée pour annoncer que des places supplémentaires allaient être construites en France.
Cela s’appelle « un coup de com », pour masquer l’incurie du pouvoir.
Petit rappel : une des premières décisions de la funeste madame Taubira, ministre de la justice, a été… d’annuler , dès 2012, à son arrivée au ministère, le programme en cours de créations de places de prison !

N’en faisant qu’à sa tête, sourde à nos mises en garde, et, ce qui aggrave la situation, avec la bénédiction du président de la République, qui, pourtant, avait, lui aussi, promis de créer des places, elle a barré d’un trait de plume tous les projets engagés avant son arrivée.

Mieux (ou pire….), pour limiter la surpopulation scandaleuse dans nos prisons, et surtout ne pas en endosser la responsabilité, elle a multiplié les peines de substitution, si bien qu’aujourd’hui, la plupart de ceux qui sont condamnés à moins de deux ans fermes (ce n’est pas rien) se promènent dans la nature, par le biais de ces peines de substitution. Bravo.
Sur ce, cerise sur le gâteau, monsieur Valls et son cortège dénoncent le prosélytisme et l’expansion du djihadisme en prison. Comme si c’était nouveau ! Là aussi, des mesures de bon sens ont été demandées, telles que contrôler la présence des téléphones, séparer les fichés S des autres, etc… Rien n’est fait.
La preuve ? Il y a près de deux ans, j’ai posé, à l’assemblée, une question à Mme Taubira sur le problème des téléphones en prison.

J’étais très bien renseigné sur le sujet par des professionnels (des gardiens) déplorant l’absence de contrôles sérieux.

La réponse, pure langue de bois, qui m’a été faite par André Vallini, au nom de madame Taubira, en dit long sur l’efficacité du gouvernement.
https://youtu.be/_KGYoJG7zow

Ne nous faisons aucune illusion : tout cela relève de l’agitation, de la poudre aux yeux, il ne se passera rien pour régler les problèmes des prisons, Hollande et Valls sont, là comme ailleurs, des illusionnistes qui mettent la poussière sous le tapis, en espérant que les Français ne s’en rendront pas compte.

Août 05

La situation est de plus en plus grave

La semaine avait bien commencé.

 Dans le cadre de ma fonction de membre de la commission de la défense nationale, je me suis rendu lundi 25 juillet à Brest.
Il s’agissait de rencontrer, sur l’Ile Longue, sanctuaire de nos sous-marins nucléaires, l’amiral commandant la force océanique stratégique.
Visite dont je ne peux dévoiler le contenu, mais occasion de découvrir de près ce qu’est notre force de frappe et la qualité de ceux qui la serve.

Rade de Brest

Hélas, cette impression très positive du lundi a été anéantie par l’assassinat, ce mardi 26 juillet, du père Hamel, à Saint-Etienne du Rouvray, en Seine Maritime.

Ce drame est une escalade gravissime.

De même que l’assassinat du commandant de police, à Magnanville dans les Yvelines, le 13 juin dernier en fut une aussi.

L’un est mort ainsi que sa femme parce qu’il était policier, l’autre parce qu’il était prêtre.

Ce sont deux assassinats éminemment symboliques.

Les fondements de notre société, de notre culture, de notre civilisation même, sont attaqués, les uns après les autres, par les adeptes fanatiques d’une idéologie aux méthodes nazies.

Ces attentats délivrent un message très clair.

Pour les membres de ce «califat», puisque c’est ainsi qu’ils s’imaginent, il s’agit de désorganiser notre société en y apportant le chaos, la peur et la haine.
J’ajoute que le fait que les derniers assassins et leurs complices soient décrits comme calmes, doux et intégrés à notre société est plus inquiétant que rassurant.

Par exemple, lorsque le cousin nancéien d’un des deux assassins, décrit comme paisible et sans histoires par ses voisins, est au courant de tout ce qui va arriver et ne dit rien, c’est lourd de conséquences.

Texte journal 2

Si cela continue dans cette direction, tout le monde va se méfier de tout le monde et notre société sera de plus en plus difficile à vivre.

On ne peut se contenter des demi-mesures prises après chaque attentat. A ce jeu, on est toujours en retard d’un coup et on ne peut que perdre…
Voilà pourquoi il faut ouvrir les yeux et durcir notre combat en nous donnant les moyens de gagner cette guerre d’un genre nouveau.

Depuis le début, et mes écrits en attestent, je maintiens :

 – qu’il faut capturer les fichés S les plus dangereux,

 – qu’il faut expulser, après qu’ils auront exécutés leur peine, les étrangers ou bi-nationaux menant, sur notre territoire, une propagande djihadiste, hostile à la France.

  • qu’il faut fermer toutes les mosquées salafistes, suspectes. Il y en a 120 environ. 20 seulement sont fermées à ce jour.
  • qu’il faut expulser les imams étrangers prêchant le djihad.
  • qu’il faut refuser d’accueillir en France, pour y exercer leur fonction, les imams salariés de pays musulmans soutenant un islam radical.
  • qu’il faut clarifier notre relation financière et diplomatique avec certains de ces pays, particulièrement suspects.
  • qu’il faut sanctuariser, au Moyen-Orient et en Afrique du nord (Libye), des zones sécurisées où les populations civiles pourraient être protégées. C’est la meilleure façon d’endiguer, de façon moralement acceptable, le flot des réfugiés.

Attention, la situation dérive dangereusement.

Je le sens au travers des échanges que j’ai avec mes concitoyens. Le sentiment d’horreur s’est vite dissipé après l’assassinat du père Hamel. On n’attend pas, de nos gouvernants, la seule expression d’une indignation. Ces mots finissent par sonner creux, s’ils ne sont pas accompagnés de décisions dures à prendre mais indispensables.

Un joli message ce dimanche cependant.
J’ai pu constater que quelques jeunes femmes musulmanes s’étaient rendues à la messe de ce dimanche à Lunéville. Joli message d’amitié, d’unité et de détermination.
C’est exactement ce qu’il fallait faire.
Je les remercie du fond du coeur.

Articles plus anciens «