Category: Economie

Sep 04

Rentrée rude pour le gouvernement, active pour le député.

En haut de l’affiche, cette semaine, la manifestation des agriculteurs à Paris.
Je suis heureux de constater qu’une majorité de Français soutient les paysans.
Il faut les comprendre.
Comment un homme travaillant 60 ou 70 heures par semaine,
sur une ferme où il a mis tout ce qu’il possédait, pour laquelle il s’est lourdement endetté,
sans même retirer de son travail de quoi vivre, ne serait-il pas révolté ?
La situation est de plus en plus tendue, comme on a pu le mesurer jeudi.
En effet, pour que le président de la FNSEA, en personne,
se fasse siffler par ses propres troupes lorsqu’il leur a rendu compte de son entretien avec le premier ministre,
il faut vraiment que l’exaspération soit à son comble.
Je crains que sur ce sujet comme sur beaucoup d’autres,
le gouvernement ne soit pris de court et incapable de fournir un travail de fond sur ce sujet qu’il maîtrise mal.
D’ailleurs, le ministre Le Foll est aux abonnés absents.
C’est Valls qui est à la manoeuvre. Un signe…

manif

Un événement qui a choqué beaucoup de monde n’a, à mon avis, pas été suffisamment commenté par la presse ou par les responsables nationaux des partis politiques.
Je veux parler du blocage de l’autoroute A1, du  vendredi 28 à 19H au samedi 29 à 10H, par une trentaine de membres de la « communauté des gens du voyage » .
Ces individus entendaient obtenir, par cette opération, la libération d’un des leurs, emprisonné, pour qu’il puisse assister aux obsèques de son père.
Pour mémoire : le père avait été assassiné quelques jours auparavant par un des membres de la confrérie, lors d’une fusillade qui a fait plusieurs victimes dont un gendarme
arrivé sur le campement pour rétablir l’ordre.
Que croyez-vous qu’il arrivât ?
Les forces de l’ordre ont eu l’ordre de ne pas agir.
L’autoroute a été bloquée toute la nuit et une partie du samedi, au début d’un week-end de retour de vacances.
Cela a gêné et exaspéré des centaines de milliers d’usagers, otages de ce western.
Le tribunal a rendu son jugement le samedi à 10H . Il a autorisé la sortie du fils.
Quelques minutes plus tard les manifestants, ayant obtenu satisfaction, levaient leur barrage…
Les bras m’en tombent
Quelle image désastreuse de l’Etat  ou tout au moins de celui qui est censé le diriger.
Quelle impuissance!
Pouvait-on faire pire ? Non, bien sûr.
Le bon sens  aurait été, de toute évidence, d’évacuer sans ménagements ces olibrius, puis d’attendre sereinement le jugement,
Les juges auraient sans doute rendu le même jugement, mais ,et c’est essentiel,
on n’aurait pas eu l’impression que ce jugement favorable avait été arraché de force par les manifestants.
Quel message de faiblesse, quelle déliquescence de l’Etat.
NB : le destin du gendarme assassiné n’a ému personne du côté de la majorité semble-t-il ?
C’est honteux.

Changeons de sujet.
Evoquons de belles perspectives pour notre territoire.

Hier, inauguration de la nouvelle filière de production d’eau potable à Lunéville.
C’est important pour le quotidien des Lunévillois.
Nous avons désormais une eau ni dure ni agressive et à la saveur agréable.
Pour en convaincre les invités, Catherine Paillard, ma première adjointe, par ailleurs conseillère départementale,
toujours pleine d’à propos, a proposé des carafes de cette eau aux invités au « vin » d’honneur…
Cette amusante initiative a permis à chacun de goûter cette eau et de se rendre compte de sa qualité.
Grâce à cette amélioration:
1) acheter de l’eau en bouteille devient superflu
2) la durée de vie des appareils électroménagers va augmenter (moins d’entartrage).
A une époque où chacun doit faire attention à ses dépenses, ce constat n’est pas un détail.

La semaine prochaine, inauguration d’un IRM dernier cri à l’hôpital de Lunéville.
Il s’agit d’un des appareils les plus modernes de Lorraine.
Avoir à Lunéville un pôle d’imagerie médicale ultra-performant est un atout majeur pour notre hôpital.
C’est aussi une grande garantie de qualité des soins pour les patients de plus en plus nombreux qui fréquentent cet établissement.
Je reviendrai sur ce sujet.

Et pour clôturer, j’évoquerai la représentation de la Traviata, samedi 29, au château d’Haroué.
Ce n’est certes pas dans ma circonscription de député, mais c’est mon pays natal (je suis issu du Saintois…)
Cela fait 9 ans que ces représentations en plein air sont proposées.
C’est vraiment à conseiller à qui aime l’opéra.

Dans un tout autre domaine, j’ai apprécié ce vendredi le radio-crochet, place Léopold, à Lunéville,

« Les espoirs de la chanson ».
Six candidats de bonne qualité, dont une candidate de Chanteheux, concouraient.
J’admire ces jeunes pleins de cran et d’espoir qui tentent ainsi leur chance.
La vie c’est aussi  le courage et l’audace.

 

Juil 05

Agriculture et réforme territoriale : tout va mal

Mardi 1er  juillet, j’ai interpellé le ministre de l’agriculture pour l’alerter une fois de plus sur les difficultés vécues en ce moment par les éleveurs. C’est particulièrement inquiétant en Lorraine, zone de polyculture-élevage et dans notre territoire lunévillois en particulier.

Selon les syndicats, 30% des agriculteurs risquent la faillite pure et simple dans les mois à venir si rien n’est fait. Cela est du à la baisse des prix du lait et de la viande. Ils sont si bas que les éleveurs ne peuvent joindre les deux bouts.

La colère gronde, comme on l’a vu lors des manifestations de jeudi, partout en France.

Cela ne semble pas émouvoir monsieur Le Foll qui, une fois de plus a fait une réponse relevant de la communication politique et de la poudre aux yeux.

Il en faudra plus pour ramener la sérénité dans le monde rural. Surtout avec ce qui se prépare en matière de réforme territoriale !

Le monde rural est en crise pour de multiples raisons liées aux réformes improvisées mais imposées par le gouvernement.

Là aussi la colère gronde puisque 16 000 communes ont déjà voté des motions de protestation et des manifestations se préparent pour septembre.

Pourquoi le monde rural a-t’il des raisons de s’inquiéter ?

  1. La réforme des cantons (par exemple, le canton de Baccarat avec 90 communes représente 6 anciens cantons) aboutit à une représentation plus faible des territoires ruraux à l’assemblée départementale (elle est divisée par 3 !) Or, lorsqu’on n’est plus représenté, on ne peut plus faire valoir ses droits. Donc, le risque est grand de voir les moyens dévolus au secteur rural passer au second rang.
  2. Avec la loi NOTRE (nouvelle organisation du territoire de la République), actuellement en débat, le gouvernement accentue ce risque en voulant imposer aux communes rurales de se grouper dans des intercommunalités de 20 000 habitants et plus. La bataille fait rage. Le gouvernement recule pas à pas, multipliant les exceptions, si bien que cela ne ressemble plus à grand chose. Seul le risque demeure. A peine réalisées, les intercommunalités vont devoir encore changer leur périmètre. Tout cela est absurde et doctrinaire . La proposition maintenue, de faire élire les conseillers communautaires au suffrage universel direct, sans rapport avec le élections municipales est une autre agression contre les communes.On voudrait tuer les communes, on ne s’y prendrait pas autrement !

C’est , je crois, ce qui est le plus hypocrite. Tous les socialistes, la main sur le cœur, jurent leur amour éternel aux communes et sournoisement , par une successions de mesures telles que celles décrites ici, ils les étouffent.

Aveuglés par leur doctrine, ils ne regardent pas la réalité et avancent leurs réformes en n’écoutant personne et en sous-évaluant totalement la réaction de révolte qui monte de ses villages.

NB : Ajoutons à tout cela la baisse de 20% de dotation que l’état DOIT aux communes, c’est la cerise sur le gâteau !

Mar 12

Le BTP manifeste

Ce matin, les entreprises de travaux publics, inquiètes pour leur avenir et celui de leur personnel manifestaient dans toute la Lorraine.

Je suis totalement solidaire de ce mouvement et, à mon niveau, alerte inlassablement le Gouvernement et plus particulièrement le Premier Ministre sur les conséquences dramatiques des baisses extravagantes de dotations imposées par l’état aux collectivités locales (communes, communautés de communes etc…).

Depuis plusieurs mois, tous les élus locaux tirent le signal d’alarme pour alerter le Gouvernement sur la baisse des commandes de travaux que cette mesure va inévitablement entraîner.

Plus de 15 000 maires ont fait délibérer  leurs conseils municipaux en ce sens.
Rien n’y fait, le Gouvernement, sourd à toutes les mises en garde, n’écoute rien et s’entête.

Malheureusement tout se passe comme prédit : les entreprises n’ont plus de travail.

Normalement, dans les travaux publics, Mars est le mois de la reprise, un des plus gros chiffres d’affaires de l’année. Au lieu de cela, les carnets de commandes sont étiques, les intérimaires sont remerciés et les dossiers de chômage partiel sont mis en œuvre.

Puisque les arguments raisonnables ne sont  pas écoutés, il ne reste que la ressource de manifester.

Voilà pourquoi, ce matin, en mon nom, puisque je suis retenu à l’Assemblée Nationale, mon suppléant Thibault Bazin, maire de Rosières et lui-même professionnel  du BTP, a participé à cette manifestation que j’approuve totalement.

Ci-joint courrier adressé au président de la fédération du BTP par mes soins.
Manifestation du BTP
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monsieur le Président,

 

Je vous félicite de votre initiative et regrette de ne pas pouvoir être à vos côtés ce matin.

Ce mardi, je dois en effet être en séance à l’Assemblée Nationale où je m’efforce de défendre  vos intérêts, de tirer vigoureusement la sonnette d’alarme.

Je le fais comme Député :

en interpellant à chaque occasion le Premier Ministre et le gouvernement pour attirer leur attention sur les conséquences désastreuses de certaines lois :

  1.  qui bloquent l’initiative immobilière privée (loi ALUR)
  2.  qui bloquent les décisions des élus (méli-mélo des réformes institutionnelles inabouties à ce jour, imposant aux élus une légitime prudence donc un report des décisions)
  3.  qui suppriment environ 1/3 des capacités d’investissement des collectivités (Loi de finances 2015 et annonces pour 2016 et 2017), ce qui est dramatique.

Je le fais comme Maire :

  1.  en accélérant la commande publique. Nous allons lancer dans les semaines qui viennent un maximum de marchés publics.
  2.  en veillant à ce que les factures soient  réglées aux entreprises très rapidement. Lunéville paie toujours ses prestataires très rapidement.
  3.  en défendant avec vigueur au comité des finances locales l’idée qu’il faut revenir en arrière sur les lourdes suppressions de dotations aux collectivités.

Je suis un des huit maires qui siègent et y représentent les communes de France. Nous avons des réunions  très régulières avec les ministres concernés.

Soyez certain, monsieur le Président  que nous défendons bec et ongles les moyens financiers des communes car nous savons que, de ces moyens dépendent nos capacités d’investissement, donc vos carnets de commandes, et donc l’emploi dans le secteur du BTP.

Je vous invite, pour vous convaincre de mon engagement, à vous rendre sur mon site jacqueslamblin.fr, vous y verrez, en date du 18 février, ma dernière interpellation faite au Premier Ministre et la dérisoire réponse que j’ai obtenue de la ministre du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité, madame Sylvia Pinel.

En tout état de causes, je serai à vos côtés. Vous pouvez compter sur ma détermination.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président,  l’expression de mes salutations distinguées.

 

Jacques LAMBLIN

Fév 18

Questions au gouvernement

Mardi après-midi, j’ai demandé au premier ministre d’intervenir au plus vite pour sauver les entreprises du BTP ,qui, actuellement, sont plongées dans de très grandes difficultés et de relancer la construction de logements, activité complètement en berne. Malheureusement, la réponse de la ministre, hors-sujet, ne présage rien de positif.

Nov 29

Intervention pour défendre les secteurs du bâtiment et des travaux publics

Mardi 25 novembre, lors des questions au gouvernement, j’ai interpellé monsieur Valls à propos des difficultés des secteurs du bâtiment et des travaux publics. En effet dans un premier temps, la loi Duflot a eu comme conséquence la diminution, de manière exceptionnelle, de la construction de logements neufs en France et actuellement la baisse des moyens financiers accordés aux communes va mettre en péril le secteur des travaux publics. Tout cela dans un contexte où le chômage ne cesse de battre des records.

Il est intéressant, dans cette vidéo, de voir l’attitude choquante de madame Duflot.

Tout d’abord distraite et indifférente au problème évoqué, qui pourtant la concerne au premier chef, elle bavarde et rigole avec sa voisine, puis, alertée par son collègue Mamère, elle rectifie la position, espérant se donner un air attentif et intelligent.  Peine perdue: elle nous fait  davantage penser à un volatile consommé au moment de Noël qu’à un ancien ministre.

Sep 17

Vote de confiance ou de défiance?

VallsCourte et modeste victoire de Valls, selon la presse, cet après-midi, à l’Assemblée.
J’ai été attentif au discours, car je n’aime pas avoir des positions de principe.

On sent bien que le Premier Ministre est gêné aux entournures, en permanence obligé de jongler pour ne pas trop déplaire à son aile gauche tout en essayant de faire une politique « presque de droite ». Je n’attends guère de miracles, mais puisqu’il y en a encore pour trois ans ou presque avant de se séparer de monsieur Hollande, monsieur Valls étant un des plus lucides de la bande, autant que ce soit lui qui gouverne ! Le pire pour les Français serait un gouvernement très à Gauche avec, et ce serait le pire de tout, des écologistes dans l’équipe.

En gros, la mission de Valls est de réparer ce qui a été cassé depuis deux ans par Ayrault, les écolos etc

Derniers exemples:

– la loi Duflot sur le logement a tué l’activité dans le bâtiment (on est passé de 400 000 logements construits à 280 000 en quelques mois grâce à cette excitée qui, pas même gênée, nous donne encore des leçons. (Un comble)

– le déficit qui va être plus important en 2014 qu’en 2013, alors que  cela va mieux partout ailleurs en Europe

– la réforme territoriale avec les allers et retours sur le département (disparaîtra, disparaîtra pas?)

– la réforme des rythmes scolaires, laissée en plan par Peillon,  qui a bien du mal à passer et que je m’efforce de mettre en oeuvre dans ma ville quel que soit ce que j’en pense.

La minute de vérité sera dans quelques semaines quand nous allons examiner le budget 2015. La marge de manoeuvre de monsieur Valls sera des plus ténues.

Valls 2

 

Fév 27

Economie-Emploi : il en faut du temps !

Belle visite ce matin : Xavier Seigne, patron de Polyex, entreprise de plasturgie, basée sur la zone des Mossus, m’accueillait.

Je me souviens de la création de cette entreprise par le père de Xavier, il y a près de 25 ans. Aujourd’hui, Polyex est une entreprise dynamique, gérée avec soin. Elle est performante dans son domaine, proposant dans des délais record des emballages en polyéthylène dont ses clients répartis en France, Belgique, Luxembourg, Suisse et Pologne ont besoin. La stratégie d’investissement est particulièrement réfléchie et les résultats sont là.

Polyex a traversé la crise en se développant et en créant une dizaine d’emplois au cours des 6 dernières années. Aujourd’hui, 30 personnes y travaillent. La performance de ce jeune patron mérite d’être soulignée.

photo (1)

Fév 14

Poids lourds de plus de 44 tonnes

Je suis en contact étroit avec les industriels du sel et, en chaque occasion, je m’efforce de défendre les intérêts de la filière (1000 emplois industriels, cela compte).

Ils ont un problème : le coût du transport du carbonate ou des produits dérivés du sel est un poste qui représente une proportion importante du prix de revient de ces produits pondéreux.
Pour nos industriels, livrer avec un camion de 44t au lieu d’un 38t  permet de diminuer le prix de vente du produit. Vu la concurrence, 4 ou 5% d’écart sur les prix, cela compte beaucoup !
Aujourd’hui, nous sommes dans une situation européenne absurde : on a le droit d’utiliser des camions de 44t en France,en Belgique, au Luxembourg ou en Italie MAIS les camions n’ont pas le droit de passer la frontière entre la France et la Belgique , ni entre la France et le Luxembourg, ni entre la France et l’Italie ! En revanche, c’est possible entre le Luxembourg et la Belgique !
Il faut le faire !
Cela gêne nos industriels qui paient beaucoup plus cher de transport s’ils doivent livrer en Belgique ou en Italie avec des camions plus petits.
Cela fait des mois que ce dossier fait du sur-place.
J’ai donc interpellé le Premier Ministre en lui demandant d’activer les choses puisque son ministre des transports ne parvient pas à régler le problème.
Evidemment, le ministre en question a apprécié…
Regardez !
Vous avez là un exemple de langue de bois : le ministre a passé son temps de parole à expliquer qu’il était le meilleur et nous attendons toujours une vraie réponse…

 

Load more