Category: Visites

Mar 16

Déplacement en Russie

      Je l’ai fait savoir, je suis en Russie pour quelques jours.

     C’est pour moi la dernière occasion qui se présente de remplir mon rôle de membre de la commission de la Défense nationale, en allant évoquer, avec huit autres parlementaires, la situation en Syrie avec les autorités russes.

     C’est très intéressant de confronter les points de vue. Assurément, leur expérience avec le terrorisme tchétchène, depuis 20 ans, leur combat contre l’islamisme radical, leur lucidité face à la situation internationale donne aux Russes une expertise sur le sujet.
D’ailleurs, force est de constater que, depuis qu’ils se sont engagés en Syrie, Daech est en train de couler.

     Les Russes ont une approche globale et une volonté d’éradiquer le terrorisme de la planète. Leur motivation est simple : ils veulent avoir la paix dans leur pays et, comme l’islamisme est international, il faut le traquer partout.

     Leur message principal est, en gros, unissons-nous tous, Américains, Européens, Chinois (eh oui, car il y a des musulmans dans l’Est de la Chine, où l’islamisme couve !), voire Indiens pour mettre un coup d’arrêt définitif à l’expansion de ce mal dangereux pour la paix dans le monde.

     Nous avons eu d’autres sujets d’échanges : les relations avec l’Europe, avec la France, la crise ukrainienne, etc.

      J’en ai profité pour évoquer le problème, dramatique pour notre agriculture, de l’embargo russe. J’ai souligné que les tensions existant entre la Russie et l’Europe pénalisaient les deux parties et qu’il y avait plus d’avantages à renouer un dialogue lucide. Dans cet esprit, montrer sa bonne volonté de part et d’autre serait le bienvenu… et donc… que relâcher un peu l’embargo serait particulièrement apprécié du côté européen et particulièrement français. Et alors, oh! joie, la députée russe Elena Panina, membre de la commission des affaires économiques, qui était la députée présente pour répondre et prendre position sur les sujets commerciaux m’a répondu « qu’un adoucissement, une détente » (ce sont ses mots) seraient probablement envisagés.

     Cela m’étonnerait que les choses changent si vite, mais on peut en déduire que, du côté russe, on est prêt à évoluer.

      Vivement après les élections, que la France avance enfin sur tous ces sujets absolument majeurs pour notre avenir !

      Vous savez ce qu’il vous reste à faire le 23 avril et le 7 mai !

Oct 08

Visite officielle au Vatican

J’ai disparu une bonne partie de la semaine dernière, mais c’était pour une belle cause.
Je participais à une rencontre entre une délégation de députés et les autorités du Vatican.
J’ai séjourné quelques jours à Rome et vu le fonctionnement du Vatican de très près.
J’ai rencontré le pape mais n’ai pas pu lui adresser la parole personnellement.

Nous avons beaucoup travaillé durant ces quatre jours, en particulier sur les sujets qui nous préoccupent au quotidien, tels que :

– Le dialogue entre religions, c’est à dire, essentiellement le dialogue avec les représentants du culte musulman. Sur ce sujet, si important pour la paix civile en France et en Europe, nous avons eu un entretien de très haut niveau avec un homme exceptionnel, le cardinal Tauran, fragile septuagénaire accablé par la maladie de Parkinson, mais esprit lumineux.

– Comment nourrir les hommes ? Quelles agricultures dans le monde ? quelle est la doctrine sociale de l’Eglise ? avec un cardinal africain, mgr Turkson.

– L’éducation des enfants, leur instruction, avec un cardinal italien, mgr Zani.

– Le rôle diplomatique de l’Eglise, comment défend-elle ses idées, avec mgr Callagher, un Anglais.

Ces cardinaux et évêques, qui sont des sortes de ministres, sont des experts de très haut niveau et traitent tous ces sujets de façon universelle, puisque le Vatican a une représentation dans plus de 180 pays (sur 194) dans le monde.
Particulièrement clairvoyants, ils voient sur le long terme, veillent à faire respecter l’Homme en toutes circonstances. Fermes dans leurs convictions, ils ne transigent pas sur l’essentiel.

En point d’orgue, nous avons rencontré le pape en audience publique.
Moment exceptionnel que je ne revivrai sans doute jamais.
Notre délégation, à caractère politique, comptait des personnes de Droite, du Centre et de Gauche.

Tout le monde a été marqué par cette rencontre avec le pape, Ceux n’ayant aucune conviction religieuse peut-être plus que les autres, aussi surprenant que cela puisse paraître !

cardinal-tauran

Août 05

La situation est de plus en plus grave

La semaine avait bien commencé.

 Dans le cadre de ma fonction de membre de la commission de la défense nationale, je me suis rendu lundi 25 juillet à Brest.
Il s’agissait de rencontrer, sur l’Ile Longue, sanctuaire de nos sous-marins nucléaires, l’amiral commandant la force océanique stratégique.
Visite dont je ne peux dévoiler le contenu, mais occasion de découvrir de près ce qu’est notre force de frappe et la qualité de ceux qui la serve.

Rade de Brest

Hélas, cette impression très positive du lundi a été anéantie par l’assassinat, ce mardi 26 juillet, du père Hamel, à Saint-Etienne du Rouvray, en Seine Maritime.

Ce drame est une escalade gravissime.

De même que l’assassinat du commandant de police, à Magnanville dans les Yvelines, le 13 juin dernier en fut une aussi.

L’un est mort ainsi que sa femme parce qu’il était policier, l’autre parce qu’il était prêtre.

Ce sont deux assassinats éminemment symboliques.

Les fondements de notre société, de notre culture, de notre civilisation même, sont attaqués, les uns après les autres, par les adeptes fanatiques d’une idéologie aux méthodes nazies.

Ces attentats délivrent un message très clair.

Pour les membres de ce «califat», puisque c’est ainsi qu’ils s’imaginent, il s’agit de désorganiser notre société en y apportant le chaos, la peur et la haine.
J’ajoute que le fait que les derniers assassins et leurs complices soient décrits comme calmes, doux et intégrés à notre société est plus inquiétant que rassurant.

Par exemple, lorsque le cousin nancéien d’un des deux assassins, décrit comme paisible et sans histoires par ses voisins, est au courant de tout ce qui va arriver et ne dit rien, c’est lourd de conséquences.

Texte journal 2

Si cela continue dans cette direction, tout le monde va se méfier de tout le monde et notre société sera de plus en plus difficile à vivre.

On ne peut se contenter des demi-mesures prises après chaque attentat. A ce jeu, on est toujours en retard d’un coup et on ne peut que perdre…
Voilà pourquoi il faut ouvrir les yeux et durcir notre combat en nous donnant les moyens de gagner cette guerre d’un genre nouveau.

Depuis le début, et mes écrits en attestent, je maintiens :

 – qu’il faut capturer les fichés S les plus dangereux,

 – qu’il faut expulser, après qu’ils auront exécutés leur peine, les étrangers ou bi-nationaux menant, sur notre territoire, une propagande djihadiste, hostile à la France.

  • qu’il faut fermer toutes les mosquées salafistes, suspectes. Il y en a 120 environ. 20 seulement sont fermées à ce jour.
  • qu’il faut expulser les imams étrangers prêchant le djihad.
  • qu’il faut refuser d’accueillir en France, pour y exercer leur fonction, les imams salariés de pays musulmans soutenant un islam radical.
  • qu’il faut clarifier notre relation financière et diplomatique avec certains de ces pays, particulièrement suspects.
  • qu’il faut sanctuariser, au Moyen-Orient et en Afrique du nord (Libye), des zones sécurisées où les populations civiles pourraient être protégées. C’est la meilleure façon d’endiguer, de façon moralement acceptable, le flot des réfugiés.

Attention, la situation dérive dangereusement.

Je le sens au travers des échanges que j’ai avec mes concitoyens. Le sentiment d’horreur s’est vite dissipé après l’assassinat du père Hamel. On n’attend pas, de nos gouvernants, la seule expression d’une indignation. Ces mots finissent par sonner creux, s’ils ne sont pas accompagnés de décisions dures à prendre mais indispensables.

Un joli message ce dimanche cependant.
J’ai pu constater que quelques jeunes femmes musulmanes s’étaient rendues à la messe de ce dimanche à Lunéville. Joli message d’amitié, d’unité et de détermination.
C’est exactement ce qu’il fallait faire.
Je les remercie du fond du coeur.

Fév 24

Des nouvelles du front !

1. Le dossier des regroupements entre intercommunalités m’occupe beaucoup, de même que la législation sur la gouvernance des hôpitaux. Le gouvernement nous prépare un vilain coup, sous forme d’un décret qui pourrait rogner considérablement le dynamisme et l’autonomie des installations de santé se trouvant sur notre secteur. Je suis préoccupé par ces sujets.

2. Les problèmes agricoles sont devant nous. Rien n’est réglé. Le scandale de l’abattoir du Vigan qui vient d’éclater hier et qui m’horrifie, en temps que vétérinaire, vient s’ajouter à tout le reste.

3. Cela chauffe sérieusement à propos de la réforme du code du travail. Madame El Khomri, la ministre du travail, va devoir se colleter avec un front syndical bien décidé à ne pas se laisser faire. Je crains qu’elle ne manque d’expérience pour affronter un tel combat. Messieurs Hollande et Valls auront-ils l’autorité et la persévérance pour l’aider à aller au bout ? Nous verrons.

4. Dans ce contexte sombre qui multiplie les difficultés, aussi énergique soit-on, je m’efforce d’aller au devant des entrepreneurs du territoire. Tout à l’heure, NOVACARB à La Madeleine. Hier, j’étais à Ville en Vermois pour visiter une start-up intéressante. Elle détient une des plus grosses imprimantes 3D du monde et peut, avec cet appareil, créer des objets impressionnants de complexité. Il s’agit de CREATIVE INDUSTRIE. À suivre. Elle commercialise des objets uniques créés et fabriqués en 3D, via le site WWW.SYNUAL.fr C’est très intéressant à découvrir.

 

Oct 31

Visite de Philippe Richert, candidat à la présidence de la future grande région.

Philippe Richert a fait un parcours sans faute dans le Lunévillois, hier.
D’abord à Blâmont à 15h : je lui avais proposé de rencontrer les élus du Lunévillois  ainsi que ceux du secteur de Sarrebourg pour parler du dossier de la mise à quatre voies de la Nationale 4 entre Gogney et Saint-Georges en Moselle.
8 kilomètres de route scandaleusement oubliés des projets régionaux de l’état, malgré toutes les interventions que nous avons faites, conjointement avec mon collègue Alain Marty, député-maire de Sarrebourg.
Réunion très efficace, où Philippe Richert a pris l’engagement de faire modifier le contrat de plan Etat-Région 2015-2020 qui, à ce jour, ne prévoit pas les fonds nécessaire à la réalisation de cette route pourtant indispensable.
Au passage, chacun a pu observer la carence et la duplicité des responsables régionaux actuels et, il faut bien le dire, du conseil général de Meurthe et Moselle qui,après avoir longtemps refusé de s’engager sur ce sujet, s’y rallient aujourd’hui, à 1 mois des élections régionales. Un peu gros !

Réunion Blâmont

RN4

Ensuite, à Lunéville, le soir, lors d’un dîner-débat regroupant plus de 400 convives, où Philippe Richert a pu se présenter tel qu’il est : simple, énergique, n’usant pas de la langue de bois.

Il a convaincu ses auditeurs de l’importance de cette élection pour notre avenir collectif et surtout de l’importance qu’il y avait à mettre en place une équipe solide pour créer de toutes pièces cette nouvelle région qui regroupera les anciennes régions Alsace, Champagne-Ardennes, Lorraine.
Il a, à juste titre, rappelé que le périmètre de cette nouvelle région représentant un territoire grand comme deux fois la Belgique, a été « bricolé » sur un coin de table, à l’Elysée, sans aucune étude d’impact.
Aujourd’hui, la loi est passée et « il faut f aire avec ».
La mission de la future équipe qui dirigera et, dans le fond,  créera cette future grande région sera très complexe.
Tout cela est lourd de conséquences pour notre avenir.
Il faudra choisir entre les candidats socialiste, front national et républicain.
Pour ma part, le choix est vite fait entre un Masseret, président PS sortant du conseil régional de Lorraine, épuisé et qui n’y croit pas lui-même, un Philippot, candidat du FN davantage préoccupé de politique nationale que de construire cette grande région, et Philippe Richert qui travaille minutieusement son projet.
il n’y a pas photo !
La preuve ? Je n’ai jamais vu Philippot à Lunéville alors que Philippe Richert y vient pour la quatrième fois depuis cet été.
Sérieux, il vient pour bien comprendre notre territoire et déterminer avec les élus qu’il rencontre, comme ceux d’hier à Blâmont, quels sont les grands enjeux auxquels nous sommes confrontés.

Il faut soutenir la candidature de Philippe Richert.

salle Erckmann1

Oct 05

Périple en Guyane

Invité par le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) à assister à un lancement de satellites, en qualité de membre de la commission de la Défense Nationale et des forces armées, je me suis rendu à Kourou en Guyane du mardi 28 septembre au samedi 03 octobre, déplacements compris. La visite a été extrêmement dense.

J’ai pu assister au lancement , par la fusée Ariane V , de deux satellites de télécommunication, l’un argentin, l’autre australien.

Arianespace, le CNES et l’ESA (European Spatial Agency) ont fait du centre spatial Guyanais, le Port européen de l’espace. Ce travail d’équipe a amené les Européens à être les leaders mondiaux en matière de lancement de satellites.

Arianespace, l’agence qui recherche la clientèle des pays ou entreprises ayant besoin de mettre sur orbite des satellites (entreprises de télécommunications, météo, localisation GPS, etc…)  détient désormais à elle seule plus de 50% du marché mondial.

Ajoutons que le CSG (Centre Spatial Guyanais) a également un pas de tir pour les fusées russes Soyouz et pour la petite fusée européenne VEGA.

L’accord avec les Russes est important. Il a, à l’époque été voulu par Jacques Chirac qui sut s’inscrire dans les pas du général de Gaulle lequel, visionnaire là comme ailleurs, a été à l’origine de la création du C.N.E.S..

Cinquante ans plus tard, nous recueillons et l’Europe avec nous, les fruits de l’oeuvre du général de Gaulle.

Depuis, les choses ont bien changé: la vie politique d’aujourd’hui, banale, sans envergure, faite de fureurs mesquines,
de calculs inavoués, est bien loin de cette époque de projets et d’espérance !
Mais gardons l’espoir: dans la vie, rien n’est jamais perdu.

fusée Ariane

Déc 27

Baccarat

Il y a quelques jours, la session se terminant à l’Assemblée, j’ai pris le temps (une fois n’est pas coutume) de traverser la Seine pour me rendre au Petit Palais, en bas des Champs Elysées et y découvrir l’exceptionnelle exposition organisée à l’occasion des 250 ans de la Manufacture de Baccarat.

Quelle réussite !

Le savoir-faire qui s’est déployé tout au long de ces deux siècles et demi est admirablement mis en valeur. Le spectacle laisse bouche bée les nombreux visiteurs qui découvrent, émerveillés ce dont l’homme, à la fois artisan et artiste, est capable.

Une mise en scène efficace, jouant des ombres et des lumières, tirant parti de l’éclat du cristal nous fait découvrir une incroyable succession de chefs-d’oeuvre.
On peut imaginer sans peine la fierté de ceux qui, aujourd’hui,entretiennent par leur travail et leur savoir-faire la réputation de cette grande maison.

Il reste encore quelques jours (fin de l’exposition le 4 janvier).

Cela vaut le voyage.

Hall d'entrée Lustre art déco Navire bronze et cristal Service à liqueurs Vase du Négus

Fév 27

Economie-Emploi : il en faut du temps !

Belle visite ce matin : Xavier Seigne, patron de Polyex, entreprise de plasturgie, basée sur la zone des Mossus, m’accueillait.

Je me souviens de la création de cette entreprise par le père de Xavier, il y a près de 25 ans. Aujourd’hui, Polyex est une entreprise dynamique, gérée avec soin. Elle est performante dans son domaine, proposant dans des délais record des emballages en polyéthylène dont ses clients répartis en France, Belgique, Luxembourg, Suisse et Pologne ont besoin. La stratégie d’investissement est particulièrement réfléchie et les résultats sont là.

Polyex a traversé la crise en se développant et en créant une dizaine d’emplois au cours des 6 dernières années. Aujourd’hui, 30 personnes y travaillent. La performance de ce jeune patron mérite d’être soulignée.

photo (1)

Load more